Projet Banlieue Nord – Drancy Bobigny Pantin

La banlieue nord, aux portes de Paris, est un territoire que j’ai connu au cours de mon enfance. Mes grands parents maternels y ont vécu très longtemps, ainsi que mes oncles et tantes. J’y suis né, mais je n’y ai pas grandi. C’est peut-être sous l’effet de réminiscences plus ou moins conscientes des réunions de famille pendant mon enfance que j’ai eu envie de redécouvrir ces lieux. Je me souviens aussi avoir découvert chez mes grands-parents, à Drancy, le clip de Thriller de Michael Jackson. Je me revois dans leur salon avec les images de ce clip extraordinaire et précurseur.

Ces territoires que l’on découvre dès que l’on franchit les limites de la capitale vous aspirent dans un univers qui ne présente pas le moindre point commun avec Paris. Pour celui ou celle qui ne connaît pas cette banlieue, il est difficile d’imaginer à quel point la césure est violente.

Ici on traverse des paysages urbains où les petits pavillons semblent sur le point d’être écrasés par des barres d’immeubles géantes. Là c’est un sentiment de traverser des terres en friches. Ici des voies ferrées forment une cicatrice qui ramène à ces paysages industriels du 19ème siècle. Là c’est la couleur qui s’invite dans la ville alors qu’on ne l’attendait plus.

Ces territoires dégagent souvent une impression d’abandon et d’isolement au point que malgré les habitations on est surpris parfois de croiser le chemin d’un passant. Oui car ici, on ne se promène pas : on passe, on va d’un point à un autre.

Je veux, au travers de ces photographies, vous permettre de vous projeter dans ce que c’est que d’évoluer dans de tels territoires avec les interrogations que cela peut soulever en chacun d’entre nous.